Soudan : Le gouvernement saisit des sociétés appartenant au Hamas

par | Sep 26, 2021 | Afrique de l'Est, Politique, Soudan

Le gouvernement de la transition au soudanaise a saisi plusieurs entreprises liées au Hamas palestinien ; a rapporté jeudi 23 septembre à l’AFP, la Commission pour la restitution des biens du Soudan. Une structure créée après le coup d’Etat qui a emporté Omar el-Béchir en 2019.  Ces saisies s’inscrivent dans le cadre des efforts déployés par le Soudan pour se rapprocher de l’Occident après le renversement d’Omar el-Béchir, en 2019. 

« La Commission a saisi des entreprises liées au Hamas, dont la compagnie d’immobilier Hassan & al-Abed, un projet agricole du nom d’al-Bidaya, l’hôtel Paradise dans le centre de Khartoum, la compagnie de transfert d’argent al-Fayha qui servait (au Hamas) à faire des virements à l’étranger, et rompu un accord entre le mouvement et un homme d’affaires soudanais de Dongola, dans le nord du Soudan », a-t-elle indiquée.

Après cette annonce, l’autorité palestinienne a appelé le gouvernement soudanais à lui remettre les actifs saisis au Hamas.

« Nous espérons que l’État frère du Soudan, qui a toujours été avec le peuple palestinien remettra les fonds qui ont été confisqués  au Hamas à l’État de Palestine et à son gouvernement. Le peuple palestinien a besoin de cet argent, en particulier notre grand peuple assiégé à Gaza « , a réagi sur Twitter   Hussein al-Sheikh, proche du président palestinien Mahmoud Abbas.

Arrivé au pouvoir par coup d’Etat en 1989, Omar el-Bachir, jusqu’à sa chute, avait fait du Soudan la plaque tournante de figures islamistes internationales, de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, selon Wagdi Salih, un membre de la Task force chargée de démanteler l’héritage de Béchir. Qui,  a pendant un temps hébergé  le chef d’Al Qaïda, Oussama Ben Laden.

Toujours à en croire certains membres de la « task force », l’ancien homme fort du Soudan soutenait ouvertement le Hamas et ses dirigeants.

« Il leur accordait un traitement préférentiel lors des appels d’offres, des exemptions fiscales, et il leur permettait de transférer les fonds à Gaza sans limite de plafond », révèlent les sources au sein de la « task force », sous le sceau de l’anonymat.

 Israël accusait en son temps   Khartoum de fournir illégalement des armes au Hamas avec l’aide de l’Iran. Ce que Béchir avait toujours démenti.

Selon des experts soudanais et palestiniens, le coup d’Etat contre Omar El-Bechir a porté un coup dur au  Hamas. Celui-ci  a  perdu une base arrière où ses militants pouvaient trouver refuge, lever des fonds et acheminer des armes et de l’argent de son parrain iranien. Les saisies de ses investissements en rajoutent à ses difficultés.

K. KOUAME

0 commentaires

Translate »

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!

Share This