Sénégal : Quand les politiques font des citoyens leurs dindons de la farce

par | Nov 19, 2021 | Afrique de l’Ouest

QUAND LES POLITIQUES FONT DES CITOYENS SÉNÉGALAIS, LEURS ÉTERNELS DINDONS DE LA FARCE 

Bis repetita! Encore ; une nouvelle fois. Les tempêtes de mensonges et de promesses non tenues auxquels les politiques ont habitué aux sénégalais est une preuve largement suffisante du diktat de cette race si minoritaire sur la majorité silencieuse subissant sempiternellement les caprices de ceux et celles qui continuent de les tromper sans qu’ils ne puissent trouver les moyens pour renverser la tendance. On ne le dira jamais assez, « les sénégalais sont déjà sevrés de la peur, malheureusement, ils peinent toujours à être sevrés de la tromperie de leurs leaders politiques et une certaine race de marabouts usurpateurs de fonctions spirituelles. » Paraphrasant ainsi le savant égyptologue, Cheikh Anta Diop.

Un pays ne saurait continuer à fonctionner de la sorte. La naïveté, le sentimentalisme et les états d’âme, longtemps érigés en règle, restent des dérives comportementales dont il faut se départir si nous voulons atteindre l’émergence. Les faits divers, le sensationnel sont les péchés mignons des sénégalais. Le pragmatisme est une exception chez nous les Sénégalais, alors qu’il devait être une règle générale à travers nos comportements de tous les jours. Depuis Senghor, Diouf, Wade et Sall, de dignes sénégalaises et sénégalais continuent de crouler sous les balles de la soldatesque entièrement acquise à la cause des différents régimes en fonction. Le carnage survenu en 1967 à la Médina est encore frais dans nos mémoires. Les plus chanceux comme feu Mamadou Dia, ont été emprisonnés avant d’être libérés aveugles ou mal-en-point. Jusqu’ici, aucun coin du voile n’est encore levé pour camper le débat sur l’irrespect de nos dirigeants politiques envers les citoyens. Pourtant, ces disparus, de même que les détenus politiques, aussi bien du côté des membres des forces de l’ordre que de celui des manifestants, une fois cette coalition de Partis pour lesquels ils se sacrifiaient tant jusqu’au sacrifice suprême, dans la quête d’un idéal de système de vie, au pouvoir ces Martyrs sont vite rangés aux calandres grecs, dès l’accession au pouvoir de celui pour qui ils auront choisi d’être des martyrs. Tout ça pour rappeler que nos leaders politiques loin de mettre en bandoulière les préoccupations des citoyens dans leurs principales priorités,  préfèrent tout bonnement les jeter en pâture pour privilégier leurs intérêts personnels et ceux qui leur sont proches. Pourtant, en période de campagne électorale, toutes les demandes sociales sont prises en compte par ces mêmes leaders politiques à la quête des suffrages des Sénégalais. Ils sont même prêts à promettre à leurs inconditionnels militants le paradis qui est du domaine exclusif de Dieu. Certes, les psychologues disent que le suicide survient quand on perd toute forme d’espoir et de confiance en soi. Les promesses électorales n’engagent que ceux qui les croient. Sur ce terrain glissant, la fin justifiera toujours les moyens. On peut bel et bien maquiller le mensonge jusqu’à en faire une vérité indéniable. C’est le jeu favori des politiciens. Et tant qu’il en sera ainsi, ils auront toujours le dessus sur les citoyens lambda, leurs éternels viviers de leurs bases politiques.

Ndiapaly GUEYE, journaliste indépendant, Lanceur d’alerte

 

0 commentaires

Translate »

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!

Share This