La rêverie impériale de Bernard-Henri Lévy: une reconnaissance implicite de la multipolarité?

par | Oct 15, 2021 | Europe, France, Géopolitique, International

Le philosophe mondialiste Bernard-Henri Lévy rapporte que le président de la République française et son homologue italien annonceront dans les prochaines semaines un « pacte du Quirinal », qui serait calqué sur le traité de l’Élysée, lequel fixe le cadre des relations franco-allemandes. Le pacte entre l’Italie et la France est évoqué depuis des années. Cependant, selon le philosophe libéral, c’est maintenant le bon moment pour conclure un tel traité. Bernard Henri Lévy cite le texte « L’Empire latin » de 1945, écrit par Alexandre Kojève, un philosophe français néo-hégélien d’origine russe. Kojève l’a écrit pour le général de Gaulle. Lévy considère le concept d' »Empire latin » comme une chance pour la France de Macron.

Les empires comme report/préparation de la fin de l’histoire

La signification de l' »Empire latin » est la suivante: après 1945, l’ère des États-nations a pris fin et le monde est façonné en empires post-nationaux. Kojève pensait que l’un de ces empires mondiaux était l’Union soviétique, l’autre le bloc anglo-saxon des États-Unis et de la Grande-Bretagne. L’Allemagne est déchirée entre ces empires. Cependant, selon le philosophe, un autre pôle pourrait s’affirmer: la France, ainsi que l’Italie, l’Espagne et le Portugal, les pays du « monde latin » unis non pas par le protestantisme et l’éthique du travail (comme l’empire anglo-saxon), mais par les racines catholiques, la capacité à vivre de manière esthétique (style commun) et l’héritage romain.

Sur le plan géopolitique, Kojève propose une union supranationale d’un « empire latin » basé sur le contrôle exclusif de la Méditerranée et des possessions coloniales en Afrique. Dans le domaine religieux, cet empire devait s’appuyer sur l’Église catholique (Kojève a même suggéré qu’un tel empire pourrait réaliser l’unification avec l’Église orthodoxe dans les relations avec l’URSS). En outre, en raison de son caractère universel, le catholicisme était considéré par Kojève comme un moyen important pour l’empire de ne pas se fermer, un rappel que l’empire n’était qu’une « étape » sur la voie de l’unification finale de l’humanité.

Pour Kojève, la fin hégélienne de l’histoire s’incarnerait alors dans le triomphe du « catholicisme chrétien » plutôt que de l’humanisme irréligieux.

La France: secousse impériale ou oubli ?

A première vue, l’invocation de l’idée impériale sous une forme catholique semble étrange pour le Lévy ultra-libéral et mondialiste. Pourtant, c’est Lévy qui a publié ce texte de Kojève, jusque-là oublié, en 1991. Aujourd’hui, de l’avis du philosophe, elle est encore plus pertinente.

« Je demande si Emmanuel Macron a lu Kojève, parce qu’il arrive la même chose aux grands textes qu’aux événements historiques ; parce qu’il faut du temps, souvent toute une vie, pour qu’ils trouvent leur sens plein et entier ; et parce que 75 ans après la première publication de ces pages légendaires, le monde semble être exactement dans la situation que Kojève avait prédite », écrit Lévy.

« Voilà donc l’Empire russe qui, avec d’autres dont personne n’attendait une telle embellie, se réaffirme sur la scène internationale. Voici les États-Unis…. L’Allemagne d’Angela Merkel, et celle qui lui succédera, confirme sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et, en même temps, son statut stratégique de satellite des États-Unis. »

« L’idée est qu’il existe une communauté de valeurs, de civilisation et de métaphysique entre les peuples de l’Europe du Sud qui, si elle est soulignée et réalisée, permettra de lutter contre l’appauvrissement croissant des capacités humaines ».

Ainsi, les discussions, les frottements égoïstes entre les cultures et les petits comptes laisseront place à une véritable vision ; cette richesse commune aura l’occasion de s’affirmer ; et certainement sans remettre en cause les acquis historiques de l’axe franco-allemand, l’occasion se transformera en succès, et l’événement prendra une signification métapolitique maximale.

Ce sera la dernière occasion pour la France de ne pas courir vers l’abîme : vers la rétrogradation, vers le statut de puissance naine, vers la disparition de la grande politique sous une clameur souveraine et populiste ».

La dernière affirmation est extrêmement importante. Le fait est que Lévy n’est pas le seul à s’inquiéter du déclin de l’influence de la France. La conclusion de l’alliance anglo-saxonne AUKUS, le coup porté à la réputation sous la forme du rejet par l’Australie du contrat de construction de sous-marins de plusieurs milliards de dollars de la France en faveur des États-Unis, la controverse frontalière post-Brexit en cours avec le Royaume-Uni montrent que, quelle que soit la proximité idéologique entre Macron et Biden, les libéraux et les mondialistes, la logique géopolitique des événements pousse leurs pays dans des coins différents. Le mondialiste Macron est de plus en plus contraint de jouer le rôle de souverain européen, prônant une armée européenne unique et une plus grande autonomie de l’Europe au sein de l’OTAN.

D’autre part, la France de Macron est confrontée à de nouveaux défis dans sa sphère d’influence traditionnelle, l’Afrique, dont les Français sont évincés par la Russie, la Chine et la Turquie. L’arrivée d’experts militaires russes au Mali et les déclarations anti-françaises des autorités maliennes qui ont récemment accusé Paris de soutenir le terrorisme montrent que l’influence de la France au Sahel est remise en question. La France n’a pas pu ou voulu faire face à la menace terroriste dans la région et le retrait de la France du Mali a été comparé au désastre américain en Afghanistan. La Russie se renforce aussi activement en RCA. La Turquie, est devenue le deuxième partenaire économique de l’Algérie et a pris pied en Libye. La Chine devient un acteur majeur dans toute l’Afrique ex-française et la population locale déteste les Français et attend de dire adieu à Paris et à ses mandataires.

Paris est confronté au problème de la réévaluation de sa stratégie géopolitique et de son adaptation au monde multipolaire émergent. Que devrait être la France ? Un pôle indépendant, un allié des États-Unis, une partie du noyau franco-allemand d’une Europe unie et indépendante ? Différentes réponses sont proposées. Par exemple, le général Henri Roure (photo, ci-dessus) suggère que la France soit considérée comme une puissance mondiale (une sorte de pendant à la « Global Britain » post-Brexit) et se développe en s’appuyant sur des possessions d’outre-mer :

« La France n’est pas un pays européen, c’est un pays de tous les continents. Son vaste territoire n’est pas le seul atout de la France en tant que grande puissance. Une armée puissante, une dissuasion nucléaire, le deuxième plus grand réseau diplomatique du monde, un siège permanent au Conseil de sécurité et un monde francophone contribuent à sa puissance potentielle. Ces vecteurs doivent être développés et améliorés. Bien sûr, la France est forte d’une économie prospère, mais le PIB n’a jamais été un facteur mondial exceptionnel. Les Français sont aveuglés par le système capitaliste ultra-libéral imposé par les États-Unis, qui classe les pays en fonction de leur production, en dollars bien sûr ».

La Nouvelle Droite (Alain de Benoist et autres), n’est pas moins patriotique, mais positionne la France comme faisant partie d’un futur pôle européen souverain, dans un monde multipolaire, orienté vers l’amitié avec la Russie sur le plan géopolitique et vers le maintien de la tradition et de l’identité dans le gris de la politique intérieure. Il y a de tels souverainistes européens en Italie aussi. Il est intéressant de noter que non seulement les philosophes de droite mais aussi ceux de gauche plaident pour une plus grande souveraineté européenne ou une réévaluation de la structure de l’UE. Ainsi, le philosophe italien de gauche Giorgio Agamben a également fait référence à l’idée de Kojève d’un « Empire latin » :

« Aujourd’hui, alors que l’Union européenne s’est constituée en ignorant les liens culturels concrets qui existent entre les nations, il serait utile – et pertinent – de faire revivre la proposition de Kojève. Ce qu’il avait prédit s’est avéré vrai. Cette Europe, qui cherche à exister sur une base strictement économique, en abandonnant toutes les affinités authentiques entre mode de vie, culture et religion, a démontré à plusieurs reprises ses faiblesses, notamment sur le plan économique. »

La géopolitique de « l’empire latin »

Dans le domaine de la géopolitique pratique, une évolution vers un « empire latin » signifierait une alliance entre Rome et Paris pour résoudre les problèmes en Méditerranée. L’enjeu est la richesse pétrolière et gazière de Chypre, sur laquelle l’italien ENI et le français Total ont des vues. Le problème pour les deux pays est la Turquie, qui revendique des parties importantes du plateau, à la fois en son nom et au nom de la République turque de Chypre du Nord non reconnue.

Ces dernières années, l’Italie a été en désaccord avec la Turquie sur la question de la coopération avec les gouvernements de Tripoli, qui ciblent les mêmes forces qui ont le dessus dans l’ouest du pays. Toutefois, si le rapprochement franco-italien se poursuit, Paris et Rome pourraient tenter de mettre la pression sur chacun de leurs « alliés » en Libye – l’Italie à la Turquie et la France à la Russie (car Paris et Moscou sont plus favorables au maréchal Khalifa Haftar dans le conflit libyen).

Enfin, l’Italie et la France peuvent essayer d’équilibrer leur influence en Afrique en attirant également l’Espagne et le Portugal. Au sein de l’UE, un bloc transalpin pourrait faire contrepoids à l’Allemagne en confiant à Paris le rôle de tenir la balance.

Rêves impériaux

L’orientation de Lévy, mondialiste, en direction de l’hégélianisme, également mondialiste dans la version de Kojève, qui vise à unir l’humanité par le passage et le dépassement ultérieur de la dimension impériale, est très intéressant. Plus récemment, il s’est exprimé au nom d’un seul empire libéral qui est contesté par cinq rois : cinq pôles de pouvoir indépendants. Il affirme aujourd’hui que cet empire n’existe pas et que la France pourrait devenir le centre d’un des nombreux empires qui se partageront le monde, empires fondés sur une « communauté de valeurs, de civilisation et de métaphysique ». Oui, la référence de Kojève aux « empires post-nationaux » signifie que l’objectif de créer à terme une humanité unique persiste. Cependant, comme Kojève, Lévy est obligé de reconnaître que la fin de l’histoire sous la forme d’une humanité libérale commune est reportée. Le temps des empires arrive. Et le fait qu’il (et même lui) ne soit pas le seul à envisager l’empire en France est très révélateur pour la compréhension de la situation dans laquelle nous nous trouvons. C’est un peu comme le passage de Francis Fukuyama de l’optimisme libéral de la « fin de l’histoire » à l’affirmation de la nécessité de renforcer l’État-nation moderne.

Plus intéressant encore, les mondialistes reconnaissent que le projet d’une humanité unifiée s’est effondré, le monde devient multipolaire (sans toutefois perdre l’espoir que cette multipolarité puisse être dialectiquement dépassée).

Source : katehon.com

Translate »

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!

Share This